97% des Français prêts à boycotter des entreprises ayant des pratiques sociales ou environnementales destructrices


Il existe déjà une plate-forme associative créée en 2015, I-boycott.org, qui organise ces boycotts avec comme objectif affiché de « rendre la société plus éthique ». Selon une enquête publiée le 28/02/2018 par franceinfo et passée trop inaperçue, 97% des Français sont prêts à participer à des boycott dans ce but et attendent des entreprises qu’elles adoptent des pratiques sociales et environnementales responsables. Cette enquête confirme bien que les entreprises n’ont que deux solutions : soit prendre l’initiative en matière d’éthique et surfer sur la vague, soit ne rien faire de sérieux et être submergées.

L’étude, menée par la société Denjean & Associés en janvier 2018, est sans appel. Selon ses auteurs, « si elles ne tenaient pas compte de cette attente, les entreprises risqueraient « de connaître de graves difficultés, aussi bien pour développer leur chiffre d’affaires que pour recruter de nouveaux talents ».

Un rejet quasi-unanime des pratiques non-éthiques

Les pratiques qui révoltent les Français sont en particulier :
– le travail des enfants chez des sous-traitants étrangers (78% des personnes interrogées)
– ne pas assurer la sécurité des salariés qui manipulent des produits toxiques ou qui travaillent sur des chantiers de construction (71%),
– la mise sous pression excessive des collaborateurs, quitte à les faire « craquer » ou les mener à la dépressions (66%),
– le fait de confier à des stagiaires des travaux qui reviennent à des salariés en CDI.

L’honnêteté, valeur-clé pour l’opinion publique

Les Français détestent les grands groupes qui fraudent : les dirigeants qui font du blanchiment d’argent révoltent 77% des Français et 19% se disent choqués. L’évasion fiscale, le travail dissimulé, la corruption, ou les fausses factures sont jugés choquants ou révoltants par 9 Français sur 10.

Les entreprises éthiques appréciées

Bonne nouvelle pour les entreprises volontaristes en matière d’éthique, 90% des Français déclarent apprécier les groupes qui ont une bonne politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) :
– les pratiques qui favorisent le respect de l’environnement sont plébiscitées par plus de 90% de personnes interrogées.
– l’entreprise qui se dote d’outils pour mesurer l’impact environnemental de son activité est approuvée par 94% des Français : 47% se disent « contents » de l’initiative, 47% carrément « enthousiastes ».
– 65% à 93% des personnes interrogées se disent « contentes » ou « enthousiastes » des soutiens apportés par des entreprises à des projets ou associations dans le domaine de la santé.
– Le mécénat dans le domaine éducatif est aussi fortement apprécié.

L’image de l’entreprise en cause

L’image est un capital immatériel vital pour l’entreprise. L’enquête confirme que l’opinion des Français sur une entreprise dépend de leur perception de l’éthique de cette entreprise : 88% des Français affirment que l’image déjà positive qu’ils ont d’une entreprise s’améliorerait encore s’ils apprenaient qu’elle a une bonne politique de responsabilité sociale et environnementale et 67% estiment qu’un groupe qu’ils n’aiment pas pourrait redorer son image en menant une bonne politique de RSE.

Il est temps, nous pouvons réfléchir ensemble à l’amélioration de la politique éthique de votre entreprise.

Publié par Antoine Jaulmes

Formé à l'Ecole des Mines de Paris et à HEC, Antoine Jaulmes a exercé pendant 35 ans au sein du Groupe PSA où il a été directeur d'usine et directeur d'un département de R&D. En lien depuis longtemps avec Initiatives et Changement et avec l'Institute for Business Ethics, il a lancé en 2019 le cabinet Ethique Pratique Conseil pour permettre aux PME et ETI de s'adapter au nouveau contexte éthique et compliance et d'en tirer parti.

1 commentaire

Diminuons la précarité de l’emploi.

Laisser un commentaire